Nourrir son chien >> Partie 1 << Métabolisme du chien

Avant d’aborder les différentes façons de nourrir son toutou, tâchons de bien comprendre comment fonctionne son métabolisme et quels sont ses besoins nutritionnels.

Le chien est un mammifère carnivore de la famille des Canidés (chiens, loups, chacals, fennecs, renards). Récemment rebaptisé Canis lupus  familiaris (sous-espèce du loup gris Canis Lupus), le chien a bien le look du carnivore : des dents carnassières, des crocs (non.. pas les chaussures), une mâchoire s’articulant seulement de bas en haut, la salive dépourvue d’enzymes de digestion, un tube digestif relativement court. On est obligé de constater que notre petite boule de poils est mieux conçue pour déchiqueter et avaler tout rond un morceau de chair fraiche que pour mastiquer des feuilles de salade.

skullchienimage source

 

Et pourtant Médor n’a jamais refusé de terminer l’assiette purée /jambon blanc /haricots verts de votre petit cousin. Aujourd’hui, les chiens mangent de (presque) tout, les millénaires de domestication les auraient donc transformés en animaux omnivores?

 

image source

Il est vrai qu’au contact de l’Homme, le chien a diversifié son alimentation: viandes, féculents, œufs, légumes, fruits, chaussures, etc. Et pourtant, ses besoins nutritionnels semblent toujours être proches de ceux de ses ancêtres.

 

Je suis aller fouiller dans le fin fond du web et différentes sources (thèse école vétérinaire, NRC, éleveurs, site spécialisé ) s’accordent à dire que les besoins énergétiques (BE) journaliers d’un chien se calculent ainsi :

BE (Kcal ME) = 32 x  P^0,73  ; P = poids du chien en kg

Bien entendu les besoins d’un chiot de 5kg et d’un chihuahua adulte de 5kg ne sont absolument pas les mêmes. C’est pourquoi il est logique de prendre en compte d’autres variables que le poids de l’animal, telles que : la race, l’âge, le sexe, l’exercice physique, etc.
Je vous laisse le lien d’une page qui vous permet de calculer simplement un BE ajusté de votre toutou.

 

Le chien a donc besoin d’énergie (pas vraiment un scoop pour l’instant..). Ce qu’il faut savoir c’est que l’énergie n’est pas directement disponible dans la nourriture, la décomposition des aliments est nécessaire. Comparons un instant la digestion à la mécanique : les aliments sont constitués de molécules (acide-aminés, vitamines, etc) et le seul moyen de les absorber est de les démonter en pièces détachées. Pour cela il faut des outils (enzymes) spécifiques.  Sans ces outils, l’aliment reste « bio-indisponible » et ne peut être exploité par l’organisme. Le chien est équipé « d’outils » de carnivore : son métabolisme est donc bien plus efficace pour extraire de l’énergie des protéines animales ou des lipides (viandes, os, abats, graisse animale).

Résultat de recherche d'images pour "système digestif chien"image source

 

A la différence des herbivores et omnivores, le chien ne possède pas d’enzymes digestives dans la salive, la mastication n’a aucun intérêt pour lui, il avale directement. Lors d’un repas « omnivore », la digestion a été amorcée dès la première bouchée pour nous, les organes digestifs (pancréas, estomac, intestins) du chien, eux, ont un effort supplémentaire à fournir..

 

Résultat de recherche d'images pour "PROTÉINES"
image source

  • LES PROTÉINES sont des chaînes d’acides aminés (a.a.) assurant de nombreuses fonctions essentielles à l’organisme : notamment aux niveaux tissulaire et métabolique. Il existe 21 a.a., dont 10 que l’organisme du chien ne synthétise pas lui-même et capte via son alimentation, on parle alors d’a.a. essentiels. Les aliments riches en a.a. essentiels, tels que les viandes maigres, les poissons ou le blanc d’œuf ont donc une valeur nutritionnelle significative. A noter que les protéines végétales (céréales/légumineuses) ont une teneur en a.a. essentiels inférieure à celle des protéines animales.

 

Résultat de recherche d'images pour "lipides"image source

  • LES LIPIDES assurent les besoins en acides gras (a.g.) de l’organisme : principale source d’énergie chez le chien. Tout comme les a.a., il existe des acides gras essentiels: oméga 3 et oméga 6. La structure des a.g. joue un rôle dans l’assimilation de ces derniers (vous savez, les bonnes et mauvaises graisses..): les a.g. mono (oméga 9) et polyinsaturés (oméga 3 et 6) représentent les sources lipidiques à favoriser. On les retrouve dans les huiles végétales, les huiles de poisson et la graisse de volaille.

 

Résultat de recherche d'images pour "glucides"image source

  • LES GLUCIDES, ou hydrates de carbones (H.d.C), représentent une source d’énergie.. Ce qui est malheureux, c’est que ces molécules sont un vrai casse-tête pour l’appareil digestif des chiens, les glucides complexes (amidon et fibres notamment) sont les pires. Les enzymes capables de les déstructurer ne sont produites qu’au niveau du pancréas. Il est possible de « mâcher » son travail grâce à une cuisson prolongée à plus de 100°C.
    Le chien est donc capable de digérer les glucides : en petite quantité et si possible cuits. Le « hic », c’est qu’on trouve ces molécules dans de  nombreux aliments (céréales, légumes, fruits, etc). Un régime trop riche en glucides va fatalement  perturber le processus digestif de nos chères boules de poils: non seulement le pancréas va être continuellement sollicité, mais tout le circuit est ralenti: au lieu de 4-7 heures, le tour de manège digestif peut compter 15 heures! Les aliments n’étant que peu absorbables, stagnent et fermentent dans les intestins. En plus des ballonnements, gaz, et diarrhées, ce comportement alimentaire augmente à long terme le risque de torsion d’estomac, d’inflammation et d’insuffisance pancréatique… Personne ne souhaite ça à son fidèle compagnon. 2ème révélation : L’apport de glucides (≠ glucose) n’est pas essentiel pour le chien puisque son foie et ses reins ont un « super pouvoir » : la néoglucogénèse. Le glucose peut donc être synthétisé à partir des protéines et des lipides (acides aminés et glycérol entre autres) sans passer par la case hydrates de carbone (=glucides).

 

En quantité infiniment plus petite, mais pas moins importants : les vitamines et les minéraux. Ces substances n’ont aucune valeur énergétique mais sont cependant essentielles au bon fonctionnent de l’organisme, notamment au niveau métabolique.

  • LES VITAMINES: On en compte 13. Les vitamines liposolubles (A,D,E et K) stockées puis métabolisées dans les tissus adipeux, leur durée de vie dans l’organisme est variable tout comme leur réapprovisionnement. Les vitamines hydrosolubles (B, C, H), elles, sont métabolisées dans l’eau et se dispersent plus facilement dans les tissus, (les chiens aussi sont constitués de 70% d’eau héhé!), leur régulation est donc plus aisée.

 

  • LES MINÉRAUX:  On retrouve 7 sels minéraux dont l’apport journalier est supérieur à 100g : calcium, magnésium, potassium, phosphore, soufre, sodium, et chlore. Puis il reste les oligo-éléments présent dans l’organisme sous forme de trace seulement:  les principaux sont le fer, le cuivre, le fluor, le zinc, l’iode, le chrome et le sélénium.

 

Vous pouvez consulter ici un tableau reprenant les vitamines ainsi que les minéraux associés à leurs fonctions dans l’organisme ainsi que leurs aliments ressources. Il s’agit d’un blog très intéressant s’articulant autour de l’alimentation canine.

Dans tout les cas, ces micronutriments sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme et il n’est pas permis de jouer aux apprentis sorciers en les dosant à l’aveuglette. Pour éviter les risques de carence ou d’excès consultez votre vétérinaire et/ou prenez connaissance des compléments alimentaires canins existants (dans le cas où vous préparez vous-même les repas de votre chien).

 

Le système digestif du chien a bel et bien développé une capacité d’adaptation à son comportement alimentaire. Toutefois, un changement dans l’alimentation de votre chien doit être progressif, c’est un processus lent qui met à l’épreuve la flore intestinale de votre toutou (bien moins diversifiée que la votre). C’est vraiment important de ne pas aller trop vite.

 

image source

 

EN BREF

L’anatomie et le métabolisme du chien restent très proches de son cousin sauvage: son régime alimentaire pourrait être celui d’un loup (viandes crue, abats, et os), physiologiquement parlant, cela n’aurait rien de perturbant. Le chien est  carnivore, avec certes une tendance omnivore (l’inverse serait faux), autrement dit, Médor est un CARNIVORE  NON-STRICT.

 

=> Article à suivre :
NOURRIR SON CHIEN – PARTIE 2 – CROQUETTES? RATION MÉNAGÈRE? B.A.R.F.?

 

 

Note

Ce qui m’a amenée à écrire cette série d’articles, c’est que l’alimentation spécialement dédiée et pensée pour nos chiens.. : les croquettes, sont majoritairement constituées de céréales (regardez la liste des ingrédients).. Ayant à présent connaissance de la digestibilité de ces nutriments pour nos animaux domestiques, on est amené à remettre en question notre façon d’alimenter nos chers et tendres quadrupèdes.
Je vous avoue que lorsqu’on commence à gratter.. ce n’est pas joli joli, il y a beaucoup de choses à dire à ce sujet, mais le but de ma démarche n’est pas de juger ou dénoncer les acteurs « pro-croquettes », il y a déjà des sites/blogs/associations pour cela. Ces articles ont pour vocation de servir de « piste » de recherche pour les personnes sensibles à cette problématique. Nous sommes responsables de la santé de nos animaux et cela passe inévitablement par le choix d’une alimentation adaptée. 🙂

 

Sources :

http://nourrirsonchien.wifeo.com/
http://www.daickoduboisdeliers.fr/metabolisme%20digestif.htm
http://ecoledesmaitres.net/anatomie/digest_plan.html
http://vetoconseils.pagesperso-orange.fr/alimentation_du_chien.htm
http://comportements-chien.blogspot.fr/2015/08/le-chien-est-il-carnivore-ou-omnivore.html
http://www.tribu-carnivore.com/barfnew/index.php/articles/les-mythes/124-le-chien-le-chat-et-le-furet-sont-des-omnivores
https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9oglucogen%C3%A8se
http://www.dogfoodproject.com/index.php?page=protein
http://kordonnier.fr/IMG/pdf/1L_C14_acides_amines_indispensables.pd
http://www.afstal.com/medias/File/Atelier-nutrition/ateliers-afstal-alimentation-des-carnivores,-physiologie,-besoins,-produits-et-tendances.pdf
https://www.nutriting.com/comprendre-la-nutrition/la-nutrition-en-7-lecons/vitamines-et-mineraux/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close